Latest Entries »

Contrôlé par Android insallé sur un Motorola Droid/Milestone et fabriqué en Lego Technics+NXT, ce robot photographie les 6 faces du cube, repère la couleur de chaque carré et Android calcule les mouvements nécessaires à la résolution. Ensuite, les mouvements, stockés dans des variables par le logiciel, sont associés à tel ou tel mouvement de tel bras du robot, et voilà le résultat !

http://www.nowhereelse.fr/rubiks-cube-robot-android-speedcubing-32167/

Publicités

Des études ont été réalisées récemment concernant l’émission de CO2 d’une recherche sur Google et de l’envoi d’un SMS. Voilà les résultats.

Concernant les SMS, l’envoi d’un SMS ne rejette que 3 millionièmes de grammes de CO2 dans l’atmohsphère. Une recherche sur Google, en revanche, c’est autre chose : Google reçoit 2350 requêtes par seconde minimum, de ce fait il a besoin de matériel très performant… Résultat, 7 grammes de CO2 par recherche ! En comptant le minimum de 200 millions de requêtes par jour annoncé par consoglobe.com, ça donne 1 400 tonnes de CO2 par jour minimum, ce qui équivaut à la consommation d’un pays comme le Laos ! Ou encore, une recherche sur Google consomme autant d’énergie qu’en consomme un corps humain adulte en 10 min.

https, SSH, SSL… ne vous disent rien? Ce sont pourtant des éléments de sécurisation essentiels. Comment les données sont-elles sécurisées?

Comment savoir si une page est sécurisée?

Il y a deux signes qui prouvent qu’une page est sécurisée, c’est-à-dire que personne en dehors de vous (le client) et le site (le serveur) ne peut accéder à vos données ni aux « données » echangées, comme le code de carte bancaire par exmple.

Le premier signe est le suivant :

On remarque que contrairement à d’habitude, le début de l’adresse n’est pas http mais https (le « s » signifie « secure », ou « sécurisé »). Le deuxième signe est le petit cadenas situé à droite de la barre d’adresse dans IE, en bas à droite dans Firfox, en haut à droite dans Safari.

Protocoles de sécurité

Avant de commencer, il y a un peu de vocabulaire à connaître. Quand vous envoyez une information à un site, vous êtes le client et le site est le serveur.

Même s’il existe beaucoup de protocoles de sécurisation, le largement plus répandu est SSL : « SSL » signifie « Secure Socket Layer » . Lorsque le client demande à envoyer de l’information au serveur :

Le protocole SSL : divise, compresse, signe cryptographiquement les données de sorte que le serveur accepte les données. Puis chiffre une code et réalise l’envoie.

De son côté le serveur déchiffre les données, vérifie la signature cryptographique, décompresse les données et rassemble les paquets de données pour obtenir des données reconstituées.

Le protocole SSL est compatible avec les nombreuses extensions:  HTTP (https), FTP (ftps, envoi de fichier sécurisé) et bien d’autres. Il peut même créer ce qu’on appelle un tunnel SSL pour le POP3, c’est-à-dire que quand vous envoyez un message (via le serveur POP3, le serveur de messagerie) il isole le message lorsqu’il passe sur internet de sorte que personne ne peut y accéder, tandis que sans sécurité, le message est accessible, donc le compte de l’expéditeur aussi : vous êtes facilement piratable.

Cependant, attention : le petit cadenas et SSL ne garantissent QUE LE TRANSPORT de l’information. Après, un programme malveillant peut très bien détourner l’information sur votre ordinateur avant l’envoi (par exemple, avec votre code de carte bancaire, même si la page est sécurisée, un keylogger (logiciel enregistrant tout ce que vous tapez au clavier) peut très bien intercepter l’information avant son transfert) ou bien après son arrivée (si le site n’est pas assez sécurisé, un logiciel pirate peut facilement s’y infiltrer et trouver le code enregistré dans les archives)

 De la même manière que quelqu’un peut se faire passer pour un agent de police, les pirates du web peuvent faire apparaître le cadenas sur leur site alors que ce sont des truands. Si vous voyez un site avec une adresse douteuse, des prix vraiment trop bas, et une présentation négligée (même bonne c’est possible !) et dont vous n’avez jamais entendu parler, prenez un minimum de précautions. Contactez au préalable le vendeur et faite une brève recherche sur le web.

HP a récemment annoncé le rachat de Palm, le pionnier des agendas électroniques. Palm était dans le rouge depuis 11 trimestres consécutifs, et même si tout le monde a cru que HP allait se lancer sur le marché des smartphones, il n’en est rien : HP a précisé que s’ils rachetaient Palm, c’était bien pour son beau paquet de brevets et pas pour faire des smartphones.

En moins de 10 ans, Google est passé du statut de moteur de recherche rudimentaire à moteur de recherche intelligent proposant en plus un service de cartes par satellite ou vue de rue, d’actualités, de lecture d’e-books, de mail, avec possibilité de créer un compte Google, une page d’accueil personnalisée avec un thème et des centaines de gadget possibles, affichant la météo, les mails, les actualités, la date, un pense-bête, des jeux et beaucoup d’autres. Et on vient d’apprendre qu’il va en plus se lancer dans la téléphonie avec  le Nexus One.

En juillet 2006, Google intègre Google Maps, la première nouveauté majeure dans ce moteur de recherche. Et dans ce même mois, on a la possibilité de s’inscrire sur Google pour bénéficier d’une page personnalisée qui prend le nom d’iGoogle en juin 2007, mois où le service de mail devient disponible.

Pour en savoir plus sur le Nexus One, le téléphone de Google, consultez cet article : https://loginart.wordpress.com/2010/06/14/nexus-one/

Les nouveautés hardware

Disque dur

Transcend a lancé son nouveau disque dur de 500Go StoreJet 25D3 doté du USB 3.0 sensé résister très bien aux chocs. Sa vitesse de lecture est de 90Mo/s ! Il tourne a 5400 tpm et possède 8Mo de mémoire tampon. Il mesure 13 x 8,2 x 1,7 centimètres pour moins de 200g. Son prix conseillé est de 123€ et même en pratique, sous 7 et avec l’USB3, il atteint 85Mo/s en lecture et 83Mo/s en écriture pour un fichier Divx.

Le disque contient même un petit logiciel très bien fait, StoreJet Elite 3. Ce logiciel ne nécessite pas d’installation et s’exécute directement sur le disque. Il offre des fonctions de sauvegarde du dossier « Mes documents », de synchronisation de dossiers et de chiffrement des données. Il importe également le courrier électronique de Windows Mail et Outlook et synchronise les favoris des navigateurs Internet Explorer et Firefox. Enfin, il vous permet de naviguer sur le Web sans laisser de trace. Transcend livre également un petit utilitaire de formatage, ainsi que des manuels PDF.

Clés USB

La marque SuperTalent a annoncé sa nouvelle clé USB ExpressDrive compatible USB3. Elle propose des vitesses de lecture et d’écriture très bonnes : 50Mo/s en écriture et 125Mo/s en lecture ! Et pour un prix largement abordable.

Dans la catégorie au-dessus, TeamGroup a annoncé la clé X101 dotée du USB 3.0. pour 18g et des dimensions de 90×23x13mm, elle atteint une vitesse de transfert de… 5Gb/s ! Et propose un espace de stockage allant jusqu’à 128 Go. TeamGroup Incorporation n’a pas encore révélé le prix… Mais une clé USB 3.0, 5Gb/s 128Go, le prix doit être sympathique… A surveiller.

Internet n’est pas si vieux, et pourtant, plus de 7 milliards d’euros ont été dépensés sur internet rien que dans le premier trimestre 2010.

L’e-commerce a tendance à se développer extrèmement rapidement. En effet, le chiffre d’affaire de l’e-commerce en France a plus que quadruplé depuis 2005.

D’une part, de plus en plus de gens ont internet : en 1995, internet chez soi était un luxe, aujourd’hui c’est rare de ne pas l’avoir. D’autre part, les boutiques en lignes se multiplient et se développent, Ebay, Priceminister, La Redoute proposent aujourd’hui plus d’articles que s’ils étaient des magasins réels.

Cependant, cette croissance n’est pas que positive : d’après compario.net, nous approchons du point où il n’y aura pas assez de clients pour trop de boutiques. Déjà en 2009 on comptait 68 000 sites marchands et un nouveau site apparaissait toutes les heures. Et la croissance ne s’arrête pas, bien au contraire : elle est même exponentielle.

Iphone, Mac et maintenant Ipad sont incapables de lire le Flash correctement… De quoi énerver Adobe.

L’Ipad vient de sortir et fait déjà beaucoup de bruit. L’Iphone en a fait autant à sa sortie . Tous sont incapables gérer de façon optimale le flash. Adobe et Apple s’opposent. Apple a décidé d’essayer de rendre le flash obsolète pour se débarasser des demandes des utilisateurs de Macs concernant des mises à jour rendant le Flash aussi efficace sur OSX que sur Windows. Adobe continue de plaider, mais Apple reste discret et ne se prononce pas. Steve Jobs, co-fondateur d’Apple, aurait même qualifié devant ses employés la technologie Flash d’instable, donc inutilisable, et que les développeurs finiraient par passer au HTML5 et au format H264 pour les vidéos. Adobe les critique ouvertement et déclare : « Nous sommes prêts à rendre Flash fonctionnel dans le navigateur de ces appareils mobiles, à condition qu’Apple offre ce choix à ses utilisateurs ».

Netscape, Internet Explorer, Mozilla Firefox, Google Chrome… Des navigateurs internet apparaissent, d’autres disparaissent. Voici leur histoire.

L’histoire commence en 1994, date à laquelle Netscape navigator est créé. A l’époque il est le seul navigateur internet disponible. En 1995, Miscrosoft tenet d’obtenir le monopole et crée Internet Explorer 1.o. . La firme décide alors d’inclure le navigateur directement dans Windows, et oblige les fabriquants d’ordinateurs grâce à son contrat de licence à le diffuser. Evidemment, les résultats ne se font pas attendre: IE a de plus en plus d’utilisateurs, si bien que Netscape finit par disparaître du paysage  des navigateurs (mais pas totalement).

La stratégie de Microsoft change et IE dévoile son code source au monde entier : tout le monde peut ainsi y apporter des modifcations. Cette  politique d’ouverture fera des émule puisque Mozilla Firefox, né de cette délivrance en reprend les codes et permet à n’importe de contribuer  en apportant des modifications via des modules complémentaires.

Alors Pourquoi Microsoft n’a plus le monopole aujourd’hui?

En 2003, IE détient 90% des utilisateurs. Son objectif atteint, la firme décide d’arrêter le développement de son navigateur.

Grave erreur puisque IE gérait déjà très mal les feuilles de style (CSS),  et de nombreux utilisateurs  mécontents,  se sont tournés vers Mozilla (petit navigateur à l’époque) plus respectueux du W3C.  En 2004, le nombre d’utilisateurs d’IE commence à baisser significativement au profit du nouveau navigateur Firefox, sorti en novembre de cette même année.

La raison du succès de Firefox contre IE est que Firefox est toujours en mouvement : des programmeurs indépendants proposent des mises à jour très souvent alors que IE est resté longtemps à la traine. Firefox s’est donc développé plus rapidement et avec plus de conformité.

Idépendamment de cette histoire, Google a lancé Google Chrome en septembre 2008. Son principal atout est sa rapidité, mais il ne dispose pas encore de modules complémentaires aussi puissants que  Firefox. De même, Apple a lancé Safari en janvier 2003 et Opera Software a lancé Opéra en septembre 2005.

Jusqu’en 2004-2005, le plus utilisé était sans conteste IE, mais aujourd’hui, Firefox dépasse IE juste suivi par Google Chrome. Une nouvelle ère est lancée.

Voici deux tableaux regroupant le pourcentage d’utilisateurs utilisant chaque navigateur en 2002 puis en 2010 :

En 2002 :

IE6 IE5 AOL (avant Firefox) N3 N5 N4
53,5% 29,9% 5,2% 1,1% 4,9% 2,0%

En 2010 :

IE8 IE7 IE6 Firefox Chrome Safari Opera
16,0% 9,1% 7,1% 46,9% 14,5% 3,5% 2,2%

Source : http://www.w3schools.com/browsers/browsers_stats.asp

Le CSS est la partie mise en forme du contenu d’une page internet (gras, souligné, centré, couleur de texte…) Le CSS2 est en place depuis mai 98. Mais cette année, le passage à CSS3 est prévu.

CSS3 va apporter de nombreuses nouveautés au web, d’autant plus que le HTML 5 sortira dans la même période.

Parmi les quelque 30 nouvelles fonction de CSS3 déclarées à ce jour, voici les plus importantes :


*Gestion de l’opacité : les graphistes en ont rêvé : CSS3 gèrera l’opacité des images .png (24 bits), ce qui permettra de faire des sites beaucoup plus créatifs.

*Bords arrondis, colorés : Il sera possible de faire des bords arrondis avec une simple propriété border-radius ou bien même colorés sans avoir à modifier l’image au préalable.

*Arrière-plan multiple : Plus besoin d’imbriquer les images que vous voulez superposer pour faire un arrière-plan, grâce aux valeurs multiples utilisables dans CSS3, quelques lignes de code et vous obtenez un arrière plan multiple.

*Ombre derrière le texte : Une balise très courte produit une ombre derrière votre paragraphe : avec text-shadow: 2px 2px 2px #000;, on obtient :

* text-overflow-props : avec cette balise, quand vous avez un texte trop long pour cette case à insérer, le texte apparaît en abrégé dans la case. Quand vous passez votre souris sur la case, le texte apparaît en entier : c’est très pratique lorsqu’il s’agit de mettre une grande quantité de phrase ou, par exemple, de série de prix ou de dimensions à côté d’autant de photos.



Cet article n’est qu’un extrait des nouvelles fonctionnalités de CSS3, de nombreuses très utiles n’ont même pas encore été révélées. De  nouvelles seront sûrement bientôt annoncées !